Communiqué Solidaires à propos de la situation en Egypte

mercredi 2 avril 2014
par Ouebemasteur

Non à la répression politique en Egypte !

Non à l’expulsion des Egyptiens de France !

Paris, le 31 mars 2014

Après avoir renversé le dictateur Hosni Moubarak, le peuple égyptien connaît actuellement, après l’ère Mohamed Morsi, son troisième dirigeant en trois ans, en la personne du maréchal Abdelfatah al-Sissi, désormais candidat à l’élection présidentielle.

La popularité de Sissi sera de courte durée s’il ne répond pas plus que ses prédécesseurs aux attentes d’un peuple qui subit la misère et la répression de gouvernements réactionnaires, conservateurs, corrompus et anti-démocratiques depuis plus de 40 ans. La politique économique néolibérale n’a pas évolué, de Moubarak à Sissi en passant par Morsi. La situation du mouvement ouvrier est très difficile, pris en tenaille entre un patronat qui a les coudées franches et que l’armée protège, et un gouvernement qui ne tient aucune de ses promesses, ni en matière d’avancées socio-économiques, ni en ce qui concerne la loi sur les libertés syndicales, gelée depuis 2011.

D’après Amnesty International, 1400 partisans de l’ancien président ont été tués l’été dernier lors des violences qui ont suivi sa destitution ; la répression de l’opposition politique est toujours aussi violente. Nous dénonçons la violence de groupes islamistes ; mais il est inacceptable que 89 personnes aient encore été tuées par la police pendant les manifestations organisées dans tout le pays le 25 janvier dernier. Selon l’Association égyptienne pour la liberté de pensée et d’expression (AFTE), 692 étudiants sont actuellement condamnés à des peines de prison, allant jusqu’à 17 ans, pour des participations à des manifestations. De graves violations des droits humains ont été commises par les forces de police, dans la rue et en prison (Human Rights Watch utilise les termes de « torture endémique »), dans une impunité quasi-totale.

La nouvelle loi contre « le terrorisme » facilite la répression et la sévérité des punitions contre des individus soupçonnés d’appartenir aux Frères Musulmans, au Hamas, ou de posséder leur littérature ! Elles atteignent aujourd’hui son paroxysme avec la condamnation à mort de 529 personnes en une seule journée, soit près de 5 fois plus que le chiffre annuel habituel. Une même menace pèse encore sur plusieurs centaines de personnes qui attendent un verdict prochain.

L’Union syndicale Solidaires, opposée comme partout dans le monde à la peine de mort, dénonce la répression politique mais aussi la justice expéditive et partiale, au service du gouvernement égyptien. Elle appelle à l’annulation de ce procès, ainsi qu’à la fin immédiate de tous les actes de violence, de harcèlement ou d’intimidation contre les opposants politiques, les journalistes et les syndicalistes, dont les 5 postiers grévistes arrêtés dans la nuit du 24 au 25 mars. Nous demandons également la protection des militants égyptiens en France, et l’annulation de tous les arrêtés d’expulsion prononcés à leur encontre.

PDF - 143.1 ko
2014_-_4_-_1_-_Egypte.pdf

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2018

>>

<<

Janvier

>>

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234

Aujourd'hui

Statistiques

Dernière mise à jour

jeudi 18 janvier 2018

Publication

1846 Articles
Aucune brève
17 Sites Web
33 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
28 hier
140537 depuis le début
79 visiteurs actuellement connectés