Gérard Filoche : «  Cent ans de luttes, de sueur et de sang  »

mercredi 17 février 2016
par Ouebemasteur

Le militant PS et ex-inspecteur du travail, qui est passé par Montpellier, est vent debout contre la réforme du Code du travail qui est, selon lui, « soumise aux exigences des patrons ».

Gérard Filoche, membre du bureau national du PS et ancien inspecteur du travail était à Montpellier mardi 9 février pour soutenir un militant de Solidaires mis en examen pour avoir défendu trois ex-salariés. En guerre contre la loi Macron, il dénonce également la réforme du Code du travail. Entretien sans langue de bois. Comme toujours avec le frondeur socialiste.

François Hollande a annoncé qu’il fallait adapter le Code du travail à la réalité des entreprises ? Quelle est votre analyse ?

Ce sont les entreprises qu’il faut adapter au droit des humains qui y travaillent. Le Code du travail c’est la protection numéro un des droits de l’Homme au travail. C’est 110 ans d’Histoire qui sont en jeu. Notre pays a séparé le ministère de l’Économie et le ministère du Travail en 1906. Ce fut un grand progrès historique car il s’agissait de dire que la construction du droit du travail devait échapper aux exigences sans cesse plus avides de l’économie, des chefs d’entreprise.

On sortait de la catastrophe de Courrières avec plus d’un millier de morts au fond de la mine. Le patron avait fait arrêter les recherches et fait reprendre le travail alors que des mineurs étaient encore vivants au fond de la mine.

Aujourd’hui, c’est bien pire, ce ne sont plus les coups de grisou qui tuent mais les AVC, les arrêts cardiaques : ils font des milliers de morts et la moitié est imputable au travail.

Le Code du travail est une construction sur un siècle. Il exprime cent ans de luttes et de larmes, de sueur et de sang. Chaque alinéa exprime des rapports de force sociaux : il ne peut être ré-écrit par une commission arbitraire et datée, passé à l’acide hors du temps, des syndicats, des salariés.

Le rapport Badinter est en grande partie consacré à la simplification du droit du travail. Qu’en pensez-vous ?

Déjà, j’estime que Badinter s’est égaré et il se discrédite en étant là. Il mérite tout le respect pour son combat contre la peine de mort mais en droit du travail, c’est un pignouf. Il n’y connaît rien. Son nom a été utilisé pour masquer le sale boulot.

Par ailleurs, quand j’entends que le texte est obèse, c’est une preuve d’incompétence. Le code ne fait que 675 pages dans sa partie législative. C’est le code de lois le plus petit de tous. Mais il est édité avec plus de 3 900 pages de commentaires et jurisprudences. Et puis, ce sont des menteurs, le code a déjà été réécrit en 2004 et en 2006. La mission avait été confiée par Gérard Larcher, ministre délégué au Travail, à Jean-Denis Combrexelle, directeur des relations du travail. Ils ont réduit le Code du travail de 10% et ont crié victoire. En le simplifiant, le chômage a-t-il diminué ? Dans tous les pays où le droit du travail a été allégé, il y a encore plus de chômage. Sans compter les CDD abusifs, les horaires atypiques, le travail posté, le travail de nuit, le travail du dimanche, les repos et congés supprimés ou différés, l’intérim à répétition, les faux indépendants, le travail dissimulé, les travailleurs « détachés »…

Un bon code du travail, c’est un bon travail. Un bon code du travail c’est un bon salaire. Un mauvais code du travail c’est le recul pas seulement social mais économique. C’est quand on est des salariés bien formés, bien traités, bien payés que cela marche le mieux. Et plus il y a de droit du travail, plus il y a de garanties, de protection, de sécurité. Ce ne sont pas les précaires ni les flexibles qui produisent le plus et le mieux.

Il ne faut pas s’étonner s’il y a la crise, l’austérité. Le gouvernement est soumis aux exigences du Medef qui ne veut pas que l’économie marche mais que sa marge augmente. Pour lui, ce ne sont pas les humains au boulot qui comptent mais le fric, le fric et le fric. Et en ne respectant pas les humains, ils creusent, qu’ils le veuillent ou non, la tombe de leurs profits.

Que pensez-vous de la condamnation des Goodyear ?

Ce n’est pas une petite affaire. Les militants ont été condamnés à 24 mois dont 9 ferme. Mais où est-ce qu’on est ? Les salariés d’Air France, ils sont allés les chercher à 6h du matin. Chez eux. Et c’était avant l’état d’urgence. Dans le cas de cette entreprise, le premier délinquant, historiquement, c’est le patron qui annonce avant le comité central d’entreprise qu’il va supprimer 2 900 postes. C’est un délit d’entrave. Et qui dit délit, dit délinquant. Personne n’est allé le chercher à 6h du matin celui-là. Il ne faut pas s’étonner que les 2 000 salariés se soulèvent. Ce qui est étonnant, c’est qu’il n’y ait eu que deux chemises déchirées.

En plus, ils se font traiter de voyous par un Premier ministre qui est en Arabie Saoudite alors qu’il n’y a pas eu enquête. Avec ce genre de comportement, pourquoi les patrons ne s’enhardiraient-ils pas ?

Pourquoi restez-vous au Parti socialiste ?

Le parti est en grand difficulté. 98% du PS est contre la déchéance de la nationalité, contre le Code du travail. Le problème, c’est que nous sommes dans un pays où le président est élu au suffrage universel et on a élu un petit roi qui abuse de son pouvoir personnel et décide de tout. Il nomme des ministres qui ne font que 55% des voix dans le parti. Je ne vais pas m’en aller alors que je suis majoritaire. Je ne vais quand même pas laisser le Parti socialiste à des non socialistes. Je ne vais pas m’incliner devant Valls. Je veux qu’il revienne à sa place. Hors du gouvernement. Il a 30% des voix. On ne va pas renverser les rôles.

Je veux dire aux autres militants qui sont à gauche (et j’en connais tant et tant qui mettent tout sur le dos du PS) : réjouissez-vous. Vous n’êtes pas tout seuls. Il faut faire l’unité, créer une plate-forme, des primaires. On est là, on est moteur. Je veux une plate-forme avec la réforme fiscale, la réforme bancaire, la distribution des richesses, les 35h qui deviennent 32h, le retour à la retraite à 60 ans. Il faut un candidat qui défende la plateforme. Je me fous des noms.

Propos recueillis parLaurence Laden-Saluste

http://www.lamarseillaise.fr/heraul...


Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

>>

<<

Septembre

>>

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301

Aujourd'hui

Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 18 septembre 2017

Publication

1704 Articles
Aucune brève
17 Sites Web
33 Auteurs

Visites

25 aujourd'hui
101 hier
132890 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté