La Fonction publique aux ordres : l’appel aux fonctionnaires du FN

lundi 2 septembre 2013
par Ouebemasteur

Dans sa « lettre du front » du 19 juillet 2013, le Front National fait paraître un « appel aux fonctionnaires titulaires de catégorie A et B » : dans cet appel, le secrétaire général du FN, Steeve Briois, appelle explicitement ces fonctionnaires à contacter le parti pour, dans la perspective des élections municipales de mars prochain, « rejoindre (ses) futurs élus pour mener avec eux cette bataille », celle qui consistera écrit-il à « administrer, mettre en œuvre notre politique, appliquer notre programme, afficher notre ambition pour notre pays ».

Autrement dit, le FN recrute ses futurs relais dans les trois fonctions publiques.

Très curieusement, nulle trace de cet appel sur le site internet du FN : l’appel est donc réservé aux sympathisants ou militants du parti.

Ce n’est pas la première fois que le FN s’adresse directement aux fonctionnaires : en février 2011, Marine Le Pen s’était déjà fendue d’une lettre aux fonctionnaires, pour tenter à la fois de ratisser cette catégorie de salariés et d’expliciter un début de politique publique.

Depuis lors, pour les élections présidentielles de 2012, le FN version Marine s’était autoproclamé comme défenseur des services publics et pourfendeur de la RGPP.

VISA a déjà décrypté en partie le programme du FN pour la Fonction Publique en dénonçant ses contre-vérités et ses dangers pour les services publics et ses agents dans la brochure « contre le programme du FN, un argumentaire syndical ».

Nous nous sommes aussi régulièrement fait l’écho, sur notre site, du matériel spécifique des syndicats de fonctionnaires sur le sujet, et notamment de la fédération CGT services publics.

Dans ce nouvel appel, le parti reste dans sa stratégie affirmée de conquête du pouvoir.

Le FN explique à ses militants et sympathisants qu’il entend bien gagner des villes aux prochaines élections municipales, « nous n’allons pas au combat pour afficher des candidatures de témoignage » écrit le secrétaire général.

C’est dans cette perspective que le FN s’adresse à celles et ceux d’entre ses sympathisants et militants qui occupent des postes de « catégorie A et B ».

Le parti les invite à faire parvenir en son siège leurs CV, pour organiser dans un second temps une prise de contact et une réunion avec eux. Dans quel but, si ce n’est celui de mettre en place un réseau d’action interne à la Fonction Publique, un réseau d’influence, de pression, de renseignements, de recrutement, bref, un embryon d’organisation politique pour peser de l’intérieur de l’appareil d’Etat ?

Le FN, se voyant déjà aux affaires locales, estime, comme à son habitude, « que le système politique ne (lui) fera pas de cadeaux », et qu’il lui faudra « remettre en ordre de marche des administrations pas forcément hostiles, mais perverties et désabusées par des politiciens épuisés » (sic !). Le but avoué du FN est donc de s’appuyer sur des personnels de la fonction publique politiquement favorables qui participeraient de la mise en place concrète de son programme mais aussi permettraient de « gagner la confiance des populations et des administrations ».

Il est en premier lieu important de relever que le FN ne s’adresse qu’aux fonctionnaires titulaires des catégories A et B des trois fonctions publiques. Les fonctionnaires de catégorie C ne sont pas évoqués. Encore moins les non titulaires…

Ce qui motive cette lettre aux seuls fonctionnaires A et B, c’est que ceux-ci ne sont pas que de simples « exécutants », mais ont un certain pouvoir de décision, voire un accès à des données normalement confidentielles.

Les agents de catégorie C, que les usagers des services publics connaissent le mieux car ils assurent les fonctions d’accueil du public, les travaux de voirie, le secrétariat des services, les soins quotidiens des malades, n’intéressent pas (pour l’instant) le FN.

Ces postes ont été les plus concernés par les suppressions, dues aux divers plans de réduction des effectifs et il ne faut pas s’attendre, de la part du FN, s’il était amené à gérer des municipalités, qu’il lutte contre ces pénuries d’effectifs. Quand il a géré précédemment des municipalités, il a fait tout le contraire. Il a largement démontré qu’il n’a que faire des garanties collectives et statutaires.

Si le FN dirigeait à nouveau des municipalités, ces salarié-e-s continueraient de voir leur pouvoir d’achat fortement amputé et leurs conditions de travail dégradées par les manques d’effectifs bien qu’ils participent pleinement à la mise en place des politiques publiques. La situation des catégories C de la fonction publique n’intéresse pas le FN !

Ensuite, en appelant ses sympathisants et ses militants à « envoyer leur CV », le Front National démontre sa volonté de perpétuer les politiques managériales dites de « modernisation de l’administration ». Les agents de la fonction publique ont vu, depuis 30 ans, apparaître des politiques de recrutement et de promotion individuelles basées sur la culture de la performance et du chacun pour soi, avec, en parallèle des baisses d’effectifs.

Par ailleurs, imaginons l’aggravation de cette politique managériale en terme d’arbitraire et de caporalisation que signifierait la nomination de militants du FN pur sucre à des postes de commandements hiérarchiques.

Cette volonté du « recrutement » par CV, doublée d’une recherche de fidélité politique, entre pleinement dans cette logique : plutôt que de permettre aux agents de se former, de travailler dans de bonnes conditions, d’évoluer professionnellement dans un cadre statutaire sécurisé, le FN préfère le choix « des meilleurs », des plus dociles.

Echaudés par l’interdiction des pseudo-syndicats FN à la fin des années 90 et constatant l’échec de leur Cercle National des Travailleurs Syndiqués, les stratèges de l’extrême droite tentent une nouvelle fois de recruter des troupes et de les organiser dans un but de conquête absolue du pouvoir, au mépris de la notion même de service public républicain et indépendant du politique.

Outre notre combat contre les idées du FN, et les politiques publiques inégalitaires qu’il veut mettre en place, le service public, s’il est évidemment sous-tendu par une idéologie politique, se doit à une certaine neutralité, pour que chacun-e puisse en bénéficier de façon égalitaire. En privilégiant ses ami-e-s, le FN néglige le sens de l’intérêt général.

Enfin, cette politique laisse présager l’avenir qui attend ceux des fonctionnaires qui seront vus comme des adversaires politiques : mutations d’office pour être remplacés par des collègues plus sûrs, placardisation, licenciement des non titulaires… Rappelons-nous par exemple qu’à Vitrolles toutes ces méthodes ont été utilisées quand les Mégret dirigeaient la ville.

En se décrivant « victime » des baronnies et en s’assignant pour but de remettre les administrations « en ordre de marche » avec l’aide d’une hiérarchie recrutée à son image, le FN affiche son projet s’il s’emparait de municipalités : une fonction publique territoriale aux ordres pour appliquer son programme dont les ressorts seraient : le clientélisme, la mainmise idéologique et la préférence nationale.

Visa appelle de nouveau les organisations syndicales des 3 Fonctions Publiques à la plus grande vigilance antifasciste.

http://www.visa-isa.org/node/18797


Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2018

>>

<<

Juin

>>

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301

Aujourd'hui

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 20 juin 2018

Publication

1977 Articles
Aucune brève
17 Sites Web
33 Auteurs

Visites

44 aujourd'hui
122 hier
150424 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés